OUAGANEWS
A la Une Politique

« Les 3èmes mandats sont aussi des coups d’Etat » : Umaro S. Embaló est-t-il un modèle démocratique ?

Selon le journal Jeune Afrique, le président autoproclamé de la République de la Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embaló n’aurait pas mâché́ ses mots contre les troisièmes mandats, lors du sommet virtuel de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur le Mali.

Il aurait qualifié les troisièmes mandats de coups d’Etat, créant l’embarras au sein des chefs d’Etat sur la situation malienne, le 20 août 2020. Selon le journal, cette sortie viserait indirectement le président Alpha Condé de la Guinée-Conakry, pays voisin de la Guinée-Bissau et le président ivoirien,  Alassane Dramane Ouattara (ADO). Ce dernier aurait d’ailleurs réagi à ces propos traitant Embaló, âgé de 47 ans, de “filston”.

En Guinée-Bissau, le site en ligne bissau-guinéen on-line s’interroge si le président  Umaro Sissoco Embaló est en mesure de condamner la prise de pouvoir par la force au Mali ? Notre confrère en ligne rappelle qu’Umaro Sissoco Embaló, brigadier général de l’armée, s’est autoproclamé président de la Guinée-Bissau, le 27 février 2020, avec le soutien de certains dirigeants militaires et sans que la Cour suprême ait validé les résultats des élections. Cette situation perdure depuis, et a plongé le pays dans une crise politique.

Par ailleurs, la reconnaissance de la victoire d’Embaló par la CEDEAO n’avait pas été bien appréciée par tous les acteurs politiques du pays d’Amilcar Cabral, notamment le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) qui a déposé un recours auprès de la Cour de justice de la CEDEAO.

L’élection de Umaro Sissoco Embaló comme Président de la Guinée-Bissau a été diversement appréciée dans la sous-région. C’est un secret de polichinelle de dire que le président de la Guinée-Bissau est proche du président sénégalais  Macky Sall, qui n’a pas attendu la proclamation des résultats définitifs de la présidentielle du 29 décembre 2019 par la Cour suprême de la Guinée-Bissau pour féliciter Umaro Embaló. Cependant pour son doyen, selon le journal Oeil d’Afrique, Alpha Condé incarnerait l’anti- Embaló en chef, et en privé, il ne mâcherait pas ses mots vis-à-vis de ce « jeune incontrôlable qui n’incarnerait en rien l’image de la jeunesse africaine ».

La Rédaction  

Articles similaires

Présidentielle et législatives 2020 : la section UPC du Nord à pied-d’œuvre

Ouaganews

Burkina/Dialogue politique : le comité de suivi pour des élections municipales transparentes

Ouaganews

Niger : Mohamed Bazoum investi

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.