OUAGANEWS
A la UnePolitique

Scrutin présidentiel et législatif : le CGD pour des élections apaisées

Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), a animé, en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le mardi 15 septembre 2020, à Ouagadougou, une conférence publique sur les élections présidentielle et législatives au Burkina. L’institut en appelle à un scrutin apaisé.

« Les élections en contexte de crise sécuritaire : comment relever les défis de l’inclusion et de la transparence ? ». C’est le thème qui a réuni le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), et le public, le mardi 15 septembre, à Ouagadougou, à l’occasion de la Journée internationale de la démocratie.

De l’avis des différents panélistes, les acteurs du processus électoral doivent œuvrer à ce que le rendez-vous électoral du 22 novembre se déroule dans un climat apaisé, à la satisfaction de tous. Pour le Pr Augustin Loada, les élections, plus qu’une simple désignation des dirigeants, participent à la consolidation du processus démocratique.

« Les élections sont aussi, un moyen de sanctionner les dirigeants à qui le peuple a donné sa confiance. Si le peuple est satisfait de la manière dont le pouvoir a été exercé, il doit les reconduire. Mais s’il n’est pas satisfait, il doit les sanctionner, en les remplaçant par une autre équipe », a indiqué Pr Loada.

A l’entendre, la crise sécuritaire ne devrait pas servir de prétexte à une « élection biaisée ». C’est pourquoi le panéliste a insisté sur le critère de transparence dans l’organisation des élections.  Le député Ousséni Tamboura s’est exprimé sur les débats qui ont prévalu, quant à la tenue ou non du scrutin, au regard de la situation sécuritaire.

Il a soutenu que, en tous les cas, les défis électoraux et sécuritaires doivent être relevés. « Les deux doivent servir un seul but, le Burkina doit triompher de tous les enjeux, il n’y a pas un à mettre nécessairement à la remorque de l’autre, il faut faire face aux deux enjeux en même temps », a-t-il souligné. S’exprimant sur les institutions intervenant dans le processus électoral, le Pr Djibrihina Ouédraogo a soutenu que le Conseil constitutionnel y joue un rôle important d’autant plus qu’il déclare les candidats éligibles et les résultats définitifs des élections.

Ahmadou Bayala

Articles similaires

Burkina : hausse de 13,20% des établissements éducatifs fermés à fin avril 2022

Ouaganews

#Burkina : « le timbre sera bel et bien un timbre produit au niveau national » (Conseil des ministres)

Ouaganews

Présidentielle 2020 : Roch Marc Christian Kaboré pour un développement harmonieux du Burkina

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.