OUAGANEWS
A la UneEconomie & Développement

Burkina : l’Etat pourra contrôler désormais la coulée de l’or

Le ministère en charge des mines a procédé ce vendredi 19 avril 2024, à la signature d’un protocole relatif à la participation des agents de l’administration publique à la coulée, pesée, au colisage, contrôle de la qualité et de la quantité de l’or et les autres substances précieuses de production industrielle, à Ouagadougou.

11 sociétés ont procédé à la signature de la convention relative à la participation des agents de l’administration publique à la coulée, pesée, au colisage, au contrôle de la qualité et de la quantité de l’or et les autres substances précieuses de production industrielle. Selon le ministre en charge des mines, Yacouba Gouba, ce processus est une suite des réformes du gouvernement de la transition dans le secteur minier. En effet, le secteur des mines est l’un des secteurs les plus dynamiques au Burkina, depuis 2009. Il apporte plus de revenus et de devises au pays.

« Compte tenu de l’importance de ce secteur, il était normal que nous implémentions un suivi-contrôle et assurer également une gestion dans toute sa transparence de l’industrie extractive. », a indiqué le ministre en charge des mines.

Cette signature pourra permettre au gouvernement d’avoir des éléments probants sur l’extraction de l’or et des substances précieuses. Et ce processus permettra d’assurer une expertise au niveau du laboratoire du BUMIGEB, en termes de quantité et de qualité.  Cela permettra à l’Etat d’exercer une de ses missions régaliennes et d’avoir des éléments pour contrexpertiser l’ensemble des productions au niveau des mines.

« Il s’agira surtout de pouvoir avoir et disponibiliser à temps un ensemble d’informations qui vont permettre de procéder à la liquidation des recettes au profit du Fonds minier de développement local. », a-t-il ajouté.

Et pour Ousséni Derra, directeur général de la mine d’Orezone Bomboré, ce protocole signé aujourd’hui, est à saluer. Car il estime qu’avec les 11 sociétés minières qui ont signé cet accord, cela permettra d’améliorer la transparence. Et aussi, un suivi du début des activités jusqu’à la fin.

Ahoua KIENDREBEOGO/OuagaNews.net

Articles similaires

Burkina/Cimenterie : les acteurs exposent les contraintes du secteur au chef de l’Etat

Ouaganews

CEDEAO : 2027, nouvelle échéance pour la création de la monnaie unique régionale

Ouaganews

Tchad : un dialogue inclusif s’impose

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.