OUAGANEWS
A la Une Education

Système éducatif au Burkina : Le MBDHP propose une solution en 4 points

Comme plusieurs autres secteurs de la vie nationale, le système éducatif burkinabè traverse une crise. L’application des programmes d’ajustement structurel, sous les injonctions de la Banque mondiale et du FMI, a plongé l’école burkinabè dans l’agonie. Cette agonie se caractérise par l’existence d’écoles sous paillote, des classes surchargées, des conditions de vie, de travail et d’études difficiles qui ont un impact négatif sur la motivation des acteurs de l’éducation notamment les enseignants, des résultats scolaires qui ne cessent de baisser, l’inadéquation de la formation avec le marché de l’emploi, etc. Le  Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) donne des pistes de solutions à cette crise scolaire. Lisez plutôt.

Les mouvements des élèves en cours, nous rappellent l’urgence de construire un système éducatif de qualité accessible à tous les enfants sans distinction de leurs conditions sociales et qui garantit à tous et toutes des chances réelles de réussite ; un système éducatif qui permette à chaque enfant, jeune ou même adulte de s’instruire convenablement et d’apporter sa pierre à la construction de la nation.

L’Etat doit prendre des mesures pour ce faire ; ce qui suppose :

  1. L’amélioration des conditions de vie, d’études et de travail des acteurs de l’éducation (élèves, étudiants et enseignants) à travers notamment la normalisation des écoles sous paillote, la construction d’infrastructures scolaires et universitaires en quantité suffisante, le relèvement du statut de l’enseignant, l’élargissement de la base d’octroi des bourses scolaires et universitaires, etc. ;
  1. L’effectivité de la gratuité de l’école jusqu’à l’âge de 16 ans pour tous les enfants par la suppression des cotisations obligatoires et autres cotisations spéciales pour les parents d’élèves ;
  1. L’effectivité d’une formation professionnelle gratuite en faveur des jeunes adaptée aux besoins du marché de l’emploi ;
  1. La prise en compte des langues nationales dans les différents ordres d’enseignement en vue d’éradiquer l’analphabétisme.

L’éducation est un droit. Engageons-nous pour son effectivité au Burkina Faso.

 

Ouaganews.net

Articles similaires

Boussé/Présidentielle 2020 : Résultats provisoires officiels de la CENI

Ouaganews

Région du Centre-Est : le Premier ministre inaugure l’ENEP de Tenkodogo

Ouaganews

Plénière sur le projet de loi de finances 2021: l’Assemblée nationale a débuté son examen

Ouaganews

Laisser un commentaire