OUAGANEWS
A la Une Politique

UPC/Kadiogo : « les vraies raisons de la démission de Nathanaël Ouédraogo »

L’Union pour le progrès et le changement (UPC), section Kadiogo a tenu une conférence de presse le lundi 19 octobre 2020, pour présenter ses candidats aux législatives du 22 novembre dans le Kadiogo, et d’autre part, s’entretenir avec les hommes des médias sur la vie de la section provinciale du parti, notamment le cas   Nathanaël Ouédraogo concernant sa démission. Nous vous proposons une partie de la déclaration faite par Ludovic Lallogo.

 Conformément à la directive du parti relative au mode de sélection des candidats, la section UPC du Kadiogo est passée par des primaires, pour choisir ses candidats aux législatives. Ces primaires se sont déroulées le 14 septembre, à la Maison de la culture Jean-Pierre Guingané de Ouagadougou.

Ont pris part à ces primaires :

– les membres du bureau de la section provinciale,

– les membres des bureaux des 18 sous-sections du Kadiogo,

– et les membres du Bureau politique national, ressortissants de la province.

A la suite de ces primaires, nous avons appris la démission d’un des candidats malheureux au poste de premier titulaire, en l’occurrence Nathanaël Ouédraogo, qui était Secrétaire général de la section du Kadiogo. Du fait que le Kadiogo soit à la fois une province et une région, le titre de SG du Kadiogo lui conférait automatiquement celui de Vice-Président du parti, en charge de la région du Centre.

A la suite de sa démission, l’intéressé s’est répandu dans la presse dans des explications, dans lesquelles nous avons décelé des mensonges délibérés et une volonté manifeste de tronquer la vérité.

Cela nous oblige à faire quelques rectifications.

Nathanaël Ouédraogo était le challenger du maire Issouf Nikiéma pour le poste de premier titulaire.

Alors que la base s’apprêtait à passer au vote pour départager Nathanaël Ouédraogo et le maire Issouf Nikiéma, voyant sa défaite, il s’est désisté pour sauver les apparences. Il a prononcé un discours de fair-play et a réaffirmé sa fidélité au parti et sa détermination à se battre pour que le président Zéphirin Diabré accède à Kosyam, au soir du 22 novembre. Tous les participants l’ont applaudi.

Quel ne fut donc notre grand étonnement de voir Nathanaël Ouédraogo et un groupe de 9 individus pourfendre l’UPC et traiter le président Diabré de tous les noms !

Au Kadiogo, la base a choisi des jeunes, et la direction du parti ne pouvait qu’en prendre acte. Ne dit-on pas en démocratie que « la voix du peuple est la voix de Dieu » ?

Nathanaël Ouédraogo a raconté beaucoup d’autres contrevérités qu’il convient de rectifier.

D’abord, sur son engagement politique et sa position à l’UPC, il prétend avoir participé au Forum des citoyens pour l’alternance (FOCAL), l’initiative qui a proposé la création de l’UPC. Il prétend en outre, avoir été membre-fondateur de l’UPC, et avoir milité, pendant 10 ans, dans ce parti.

Sur ces points, le Baloum Naaba du Yatenga, président du Comité d’organisation du FOCAL et membre-fondateur de l’UPC, a apporté un démenti formel à ces allégations. Nathanaël Ouédraogo n’a jamais participé au FOCAL, et il n’a jamais été membre-fondateur de l’UPC. Il a rejoint l’UPC en fin 2012, quelques semaines avant les élections couplées, législatives et municipales de 2012, donc plus de deux ans après la création du parti.

A quel dessein Nathanaël Ouédraogo fait-il cette usurpation de titre ? Lui seul peut répondre.

Concernant l’organisation des primaires, Nathanaël Ouédraogo n’a pas accepté d’aller au consensus, comme l’ont fait 38 autres sections provinciales de l’UPC. Il a tenu à aller aux élections, et c’est quand il s’est rendu compte qu’il n’aurait même pas 5 pour cent des voix qu’il s’est désisté. Le vote par alignement qu’il dénonce, a été voulu par la base pour plus de transparence. Ce n’est pas une imposition du président Diabré.

D’ailleurs, lui-même a été élu secrétaire général avec le vote par alignement, le 02 juin 2018. A l’époque, c’est nous qui l’avons placé à la tête de la section, espérant que vu son âge (il est proche de 70 ans), il allait avoir assez de sagesse pour rassembler les militants et affronter victorieusement, les échéances électorales futures.

Mais, contre toute attente, M. Ouédraogo a travaillé à détruire l’UPC de l’intérieur. Par exemple, c’est lui le parrain des conseillers frondeurs de l’arrondissement 3 qui ont fait des putschs manqués contre Madame le Maire Raïnatou Ouédraogo. Il ne s’en cachait pas. D’ailleurs, le chef de file de ces frondeurs a démissionné avec lui.

En clair, Nathanaël Ouédraogo a démissionné, parce qu’il n’a pas été retenu comme tête de liste dans le Kadiogo. Il ne digère pas que la base ait choisi des jeunes pour conduire la liste du Kadiogo.Tout le reste n’est que littérature.

Articles similaires

Burkina Faso/Congrès MPS : Yacouba Zida sera arrêté dès son arrivée à l’aéroport de Ouaga

Ouaganews

Congrès d’investiture du CDP : Eddie Komboïgo pour la reconquête de Kosyam

Ouaganews

Congrès extraordinaire du MPP : Roch Marc Christian Kaboré investi candidat à l’élection présidentielle de novembre 2020

Ouaganews

Laisser un commentaire