OUAGANEWS
A la UneParlons-en

23 morts subsahariens à Melilla au Maroc : l’inaudible voix de l’UA

Vendredi 24 juin, lors d’une tentative d’entrée de migrants dans l’enclave espagnole de Melilla, au Nord du Maroc, 23 d’entre eux, originaires d’Afrique subsaharienne, ont perdu la vie. Des associations marocaines des droits de l’homme ont élevé la voix pour exiger l’ouverture d’une enquête sur les circonstances de ce drame.

« Nous insistons sur l’ouverture d’une enquête approfondie pour élucider toutes les circonstances de ce drame », a martelé, au lendemain de l’événement, Omar Naji, chargé du dossier des migrants au sein de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH) à Nador, ville limitrophe de Melilla, dans le Nord du pays. Un bilan qui va, selon lui, s’alourdir au regard de la violence des affrontements.

A l’instar de l’AMDH, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) ont également réagi conjointement pour exprimer « leurs plus vives inquiétudes » et indiquer la nécessité « de prioriser la sécurité des migrants et des réfugiés » et « l’importance de trouver des solutions durables pour les personnes en situation de déplacement ».

Une députée espagnole a aussi indiqué sur son compte Tweeter qu’« une enquête est nécessaire à éclaircir les faits et les responsabilités ». Aux dires des autorités locales marocaines, les victimes sont mortes « dans des bousculades et en chutant de la clôture de fer » lors d’ « un assaut marqué par l’usage de méthodes très violentes de la part des migrants ».

Au-delà des circonstances qui restent encore à élucider, l’on aurait souhaité que l’Union africaine se prononce sur ce drame. Mais jusque-là, sauf erreur de notre part, l’institution panafricaine a brillé par un silence assourdissant face à la détresse de ses fils et filles coincés entre le Maroc et l’Europe qui leur ferme ses portes. Même si leur sort est tombé dans une indifférence totale, l’UA aurait pu joindre sa voix à celle des associations qui réclament une enquête sur ce qui a pu causer la mort de ces migrants qui, poussés par le désespoir, tentaient d’entrer à Melilla.

Aucun chef d’Etat africain ne s’est pas non plus préoccupé de ce qui s’est passé le vendredi passé sur l’enclave de Melilla. Seul Macky Sall, actuel président de l’UA, dans un bref tweet laconique a déclaré ceci : « Je suis choqué par la mort tragique de plusieurs migrants africains à Mellila.  J’exprime ma compassion et mes condoléances à leurs familles éplorées. ».

Devant le malheur de ses enfants, l’Afrique reste muette comme une carpe. Comment vouloir que ce soient d’autres personnes qui s’apitoient sur le sort des migrants africains qui ne demandent qu’aller trouver de quoi garantir leur dignité, sous d’autres cieux ? Ainsi va l’Afrique ! L’on côtoie au quotidien les maux et l’on détourne le regard. Ceux qui sont censés servir leurs communautés se détournent allègrement de leurs responsabilités et cherchent toujours un bouc émissaire à leur incurie.

Ces jeunes africains qui, aux prix de leur vie, prennent d’assaut les barbelés de Ceuta et Melilla pour regagner la terre promise n’ont pas même vu l’ombre de l’espoir planer chez eux. Ils n’avaient que l’aventure comme bouée de sauvetage. Depuis plusieurs années, les drames des migrants en Méditerranée et dans le désert du Sahara n’ont jamais fait l’objet de préoccupation de la part de l’UA. Faut-il s’étonner qu’elle soit inaudible à un malheur qui est tombé dans les lieux communs ?

Ahmadou Bayala/OuagaNews

Articles similaires

Burkina/Attaque d’un convoi à Gaskindé : qu’est-ce qui peut justifier cette folie meurtrière ?

Ouaganews

BOA-Burkina : bénéfice après impôts de 21,244 milliards francs CFA à fin 2021

Ouaganews

Corruption en 2021 : le Burkina est 78ème au plan mondial et 4ème dans l’espace CEDEAO

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.