OUAGANEWS
A la Une Editorial

Burkina/DSN : Relever l’impératif défi sécuritaire

Lors de son Discours sur la situation de la nation (DSN) devant l’Assemblée nationale le jeudi 20 mai 2021, le Premier ministre, Christophe Dabiré, s’est largement appesanti sur la question sécuritaire. S’il a salué l’adaptation de la stratégie qui a permis une relative accalmie au front vers la fin de l’année 2020, le chef du gouvernement a reconnu que le défi reste encore prégnant et il faut impérativement se mobiliser pour le relever.

« Toutefois, la recrudescence et la violence des récentes attaques terroristes dans les régions de l’Est, du Nord et du Sahel, viennent nous rappeler très opportunément que le combat contre le terrorisme est une lutte de longue haleine et que seule l’union sacrée des filles et fils de notre pays peut permettre d’en venir à bout », a-t-il déclaré.

En clair, le Premier ministre appelle les Burkinabè à faire front commun contre le péril terroriste qui veut à tout prix saper la quiétude des populations et hypothéquer toutes les initiatives de développement. C’est dire qu’aucun sacrifice ne sera de trop pour venir à bout de ce fléau. D’où son invite à tous les Burkinabè à se mobiliser pour lutter contre la radicalisation et l’extrémisme violent, combattre la stigmatisation et bannir le repli identitaire qui sont sources de conflits meurtriers.

Aux forces de défense et de sécurité et aux volontaires de défense de la patrie qui s’échinent à broyer du terroriste dans les régions du Sahel, de l’Est et du Nord, il exhorte tous ses compatriotes à s’investir de quelque manière que ce soit pour soutenir cette âpre lutte. Il est incontestable que la lutte contre le terrorisme doit se poursuivre afin que le pays retrouve une certaine tranquillité pour affronter les autres défis qui sont à la fois de santé et de développement socioéconomique.

Et la seule façon d’y parvenir, c’est de faire preuve d’un sursaut patriotique pour que les efforts collectifs portent fruit. Sans l’éradication du terrorisme, il sera difficile non seulement pour le gouvernement de mettre en œuvre les initiatives de lutte contre la pauvreté, mais aussi pour les populations de vaquer paisiblement à leurs occupations.

A cause de ce fléau, de nombreux Burkinabè sont exilés sur leur propre terre et abandonnés à la compassion de tous. L’évocation de l’ampleur du défi sécuritaire par le chef du gouvernement est avant tout, la preuve que les premières autorités sont conscientes de la situation. Du coup, c’est le signe que des efforts énormes sont en train d’être consentis pour soutenir les forces de défense et de sécurité pour les aider à mieux réussir leur mission de sécurisation du territoire et des populations.

La nécessité pour tous les Burkinabè de transcender leurs contradictions s’impose pour mieux combattre l’ennemi commun. C’est lorsque le pays sera débarrassé de cette horde de barbares sanguinaires que l’on pourra aborder l’avenir avec beaucoup plus de sérénité et de courage. Le retour des déplacés internes dans leurs localités respectives est intimement lié à la victoire sur le terrorisme. Le Burkina Faso est l’identité commune de ses filles et fils, il est notre repère à tous. Et lorsque le bien commun est menacé, la solidarité de tous est plus qu’une nécessité absolue.

Ahmadou Bayala

Ouaganews.net

Articles similaires

Burkina/Législatives 2020 : le Mouvement SENS explique son engagement

Ouaganews

Burkina/MUHV : Me Bénéwendé Stanilas Sankara, désormais aux commandes

Ouaganews

Elevage/Sahel : la Banque mondiale débloque 260,25 milliards de francs CFA pour le PRAPS-2

Ouaganews

Laisser un commentaire