OUAGANEWS
A la UneCoopération

Burkina-Mali : les deux pays se sont réunis pour partager leurs expériences sur les menaces à la sécurité humaine

Le lancement des travaux de partage d’expérience entre le Centre national pour la coordination du mécanisme d’alerte précoce et de réponse aux risques (CNAP) de la république du Mali et le Centre national pour la coordination du mécanisme d’alerte précoce et de réponse (CN-CMAPR) du Burkina Faso s’est tenu ce mardi 23 avril 2024, à Ouagadougou, autour du thème: « Contribution des centres nationaux d’alerte précoce et de réponse dans la prévention et la mitigation des risques de sécurité humaine dans le Sahel », sous la présidence du secrétaire général de la primature, Abdou-Salam Gampéné.

La recrudescence de la crise terroriste avec ses différents corollaires qui affecte la stabilité des Etats de l’AES, fragilise le quotidien des populations et menace leur survie. Face à ce phénomène donc, des initiatives doivent être prises pour fédérer les énergies, afin de trouver des voies et moyens à faire face à cette situation.

Ainsi, par cette rencontre et dans un esprit de partage d’expériences ces deux Etats vont chercher en semble les voies et moyens d’anticiper sur les menaces à la sécurité humaine dans l’espace AES. Et durant 96 heures de travaux, les analystes des CNAP Mali et Burkina Faso, dans une logique d’anticipation, pourront développer une intelligence collective, pour comprendre l’AES à travers l’examen de sa Charte, approfondir leurs réflexions sur le rôle et la place des CNAP dans l’espace AES, analyser les menaces contre la sécurité humaine dans l’espace AES e enfin définir une stratégie de renforcement de la collaboration entre CNAP de l’espace AES.

« A l’évidence, la mission des CNAP est en étroite adéquation avec l’objectif premier de la charte du Liptako-Gourma qui est celui d’assurer la défense collective des Etats membres. Autrement compris, face aux défis communs, il y a une exigence de collaboration dans tous les domaines, y compris celui de la sécurité humaine. », a expliqué Abdou-Salam Gampéné, sécretaire général de la primature.

A noter que les mécanismes nationaux d’alerte précoce sont des dispositifs nationaux de résolution des conflits et de diagnostic anticipatif des menaces à la sécurité humaine. Ils préviennent, atténuent et réagissent en apportant des réponses conséquentes à temps réel. Leur mission est de recueillir les informations et les données sur les menaces à la bonne gouvernance, à la sécurité et à la paix.

Ahoua KIENDREBEOGO/OuagaNews.net

Articles similaires

Gilbert Diendéré : « Pour moi, la déposition de Zetiyenga est une façon de me nuire »

Ouaganews

Assassinat de Thomas Sankara : l’ex-président Blaise Compaoré bientôt jugé

Ouaganews

Burkina : les structures publiques feront l’objet désormais de contrôle fiscal

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.