OUAGANEWS
A la Une Editorial

Burkina/Terrorisme : vaincre ou périr

Une fois de plus, les Forces de défense et de sécurité (FDS) ont été la cible d’une attaque terroriste sur l’axe Gorgadji-Arbinda, dans la région du Sahel, le mercredi 18 août 2021. Dans leur riposte, les FDS et les VDP ont neutralisé 58 terroristes et mis d’autres en déroute.

Dans ce face-à-face sanglant, 14 gendarmes, 3 VDP et 30 civils sont tombés.  30 autres personnes ont été blessées. Ces deux semaines, les forces du mal ont redoublé leur offensive contre nos braves FDS.

S’il faut saluer la détermination et le dévouement des FDS face aux hordes terroristes, ce décompte macabre déconcerte et suscite de nombreuses interrogations. Que faut-il voir dans cette exacerbation de la violence terroriste dans notre pays et chez les voisins malien et nigérien, ces derniers temps ?

Les terroristes veulent à tout prix, saper le moral des populations pour imposer leur règne du néant. Dans cette situation où la perplexité le dispute à la révolte, seule la mobilisation derrière nos braves combattants qui s’échinent au front permettra de résister.

Il serait suicidaire de se laisser gagner par le découragement et le désespoir, devant cette horreur devenue presque quotidienne. Le gouvernement a l’obligation de donner des gages d’assurance, pour que cesse cette saignée.

Il est urgent d’agir conséquemment pour que les FDS reprennent du poil de la bête. Sans ignorer les efforts consentis dans cette guerre, il y a lieu de renforcer davantage le dispositif sécuritaire contre ces truands sans foi ni loi.

L’on peut comprendre les inquiétudes légitimes de nombreux citoyens, au regard des deuils qui sont en train de devenir une banalité, mais ce serait une méprise que de tomber dans le piège des considérations qui imputeraient des responsabilités à certains dans le malheur qui nous frappe.

Il faut avoir à l’esprit que la logique des terroristes est de semer la division au sein des populations pour parvenir à leur funeste fin. Quoiqu’il arrive, c’est le moment ou jamais de rester sereins face à ce désastre pour mieux appréhender ensemble, les solutions qui nous aideront à endiguer le fléau du terrorisme.

Notre révolte est compréhensible, quand 1500 Burkinabè ont été lâchement tués par des gens dont on ignore les mobiles de leurs agissements. Mais c’est dans la pondération que nous saurons trouver des pistes de solution pour mieux organiser la résistance contre l’hydre terroriste.

La prise du pouvoir par les Talibans en Afghanistan la semaine dernière, aiguise les appétits cruels des terroristes, mais c’est  notre capacité à faire front commun dans notre malheur qui pourra stopper leur hérésie sanguinaire et nihiliste. Quel que soit le prix à payer dans cette guerre qui nous est imposée par des gens à la mentalité moyenâgeuse, nous triompherons un jour ou l’autre, de la barbarie.

C’est pourquoi nous devons convoquer nos ressorts patriotiques au-delà de toutes considérations et fédérer nos énergies pour dresser une citadelle contre l’ennemi. Inutile de vouloir s’étriper dans des débats qui vont davantage creuser le lit des incompréhensions et de la division. Armons utilement nos intelligences pour soutenir l’engagement et le sacrifice de nos FDS sur le théâtre des opérations.

La Rédaction/Ouaganews

Articles similaires

Conseil de discipline : « Bassolma a pourtant eu, pendant 7 ans, 9/10 » Me P. Farama

Ouaganews

Yatenga/Présidentielle 2020 : « Je ne veux pas de consortium de mafieux autour de moi » Claude Aimé Tassembédo

Ouaganews

Secteur financier : IB Bank de Mahamadou Bonkoungou, après Djibouti s’implante au Togo

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.