OUAGANEWS
A la UneParlons-en

RDC : la congolité, faire barrage à ce poison en gestation

A l’initiative d’un ancien candidat à la présidence de la République en la personne de Noël Tshiani Muadiamvita, un projet de loi qui vise à réserver exclusivement aux Congolais nés de père et de mère congolais l’accès à la plus haute fonction de l’État, a obtenu le parrainage du député national Nsingi Pululu. Ce texte a été déposé sur le bureau de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo pour examen.

Déjà, des voix s’élèvent contre ce projet inique et rétrograde dont l’intention malsaine est de diviser les Congolais. Comme l’ivoirité qui a divisé la Côte d’Ivoire, la congolité, si l’on n’y prend garde, risque de faire basculer la RDC dans une crise sans précédent.

Le député Nsingi Pululu justifie son initiative en ces termes : « Il est nécessaire de revenir aux dispositions de la loi de 1981 et de la loi électorale de 1984, à son article 7 qui stipule que ne peut être président de la République du Zaïre que celui qui est né de père et de mère zaïrois. C’est là une réponse à la loi de 1972 et l’accord de Lusaka de 1999 ».

Pendant que l’insécurité à l’Est du pays fait des ravages, des politiciens en panne d’imagination et incapables de mobiliser, surfent sur des relents identitaires pour disqualifier certains de leurs concurrents. Quand l’exclusion des autres devient un programme politique, il est à parier que le décollage économique réel de certains pays africains demeurera une vue de l’esprit.

Dans son acception essentielle, la politique, c’est l’art de faire communauté, de fédérer les liens pour porter les aspirations qui satisfassent l’intérêt de tous. Quand des aventuriers politiques, engoncés dans des certitudes éculées, se prennent pour des puritains, tentent de divertir l’opinion, avec des agissements, mortifères, il y a lieu de se mobiliser contre leur hérésie.  Face à ce poison en gestation, des personnalités ont appelé à faire preuve de vigilance.

Le cardinal Fridolin Ambongo est de celles-là. Sans ambages, il a invité ses concitoyens à se méfier des discours qui portent les germes de la haine et de la division. « Je vous exhorte à résister aux discours de haine et aux initiatives qui excluent et divisent le peuple de Dieu ! Encouragez plutôt les sentiments et le bonheur de vivre ensemble ! », a-t-il indiqué.

Au nom des évêques du Congo et du peuple congolais, il a stigmatisé « le dangereux projet de loi sur la congolité » qui ne promet point la cohésion nationale tant souhaitée. « Ce projet de loi, au lieu d’unir le peuple de Dieu dans une seule famille, apparaît comme un instrument d’exclusion et de division ! », a précisé le cardinal Fridolin Ambongo.

Le camp de l’ancien président, Joseph Kabila, notamment le Front commun pour le Congo (FCC), a qualifié la proposition de loi sur la congolité d’«anticonstitutionnelle, inopportune, discriminatoire et conflictogène ». Vivement que du côté du pouvoir, le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, se prononce contre ce projet abject dont l’objectif est de confisquer le processus démocratique et de ramener la RDC en arrière.

Les vrais défis du pays se résument à la lutte contre l’insécurité, le pillage de ses ressources minières et le renforcement des acquis démocratiques. C’est sur le terrain de l’union des Congolais face à leurs préoccupations quotidiennes que les politiques qui rêvent d’un grand destin devraient se faire entendre. Mais se contenter d’orchestrer des théories fumeuses pour assouvir des ambitions démesurées, c’est ramer à contre-courant de l’histoire, d’un monde de plus en plus ouvert.

Ahmadou Bayala/Ouaganews

Articles similaires

Le procès est suspendu jusqu’au rétablissement de la constitution

Ouaganews

Burkina Faso-France : signature d’un accord de différé de dette dans le cadre de l’ISSD

Ouaganews

AJSB : les meilleurs sportifs du Burkina de l’année 2020

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.