OUAGANEWS
A la UneParlons-en

Rencontre de Damiba avec les anciens PF : délicates concertations de haut niveau

Dans un communiqué rendu public par la présidence du Faso, il est fait cas d’une rencontre entre le président du Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba et les anciens présidents du Faso (PF) : Roch Marc Christian Kaboré, Michel Kafando, Yacouba Isaac Zida, Blaise Compaoré et Jean-Baptiste Ouédraogo, ce vendredi 8 juillet 2022 à Ouagadougou.

Le communiqué précise que c’est pour « des questions liées à l’intérêt supérieur de la nation » que ces retrouvailles ont été actées. Et d’ajouter que « cette rencontre importante pour la vie de la nation n’entrave pas les poursuites judiciaires engagées contre certains ». Déjà le 21 juin 2022, le chef de l’Etat avait reçu à la surprise générale, Roch Marc Christian Kaboré et Jean Baptiste Ouédraogo. Cette rencontre élargie à tous les anciens chefs d’Etat est donc une suite de la première.

Il faut l’admettre, le Burkina est à la croisée des chemins depuis huit ans, à cause du péril terroriste. Le pays est ceint de toutes parts par des hordes de terroristes qui sèment la mort et la désolation à tout vent. La nécessité de sortir de cette zone de turbulences est plus qu’impérieuse.

Il faut explorer toutes les pistes qui peuvent aider le Burkina à retrouver sa quiétude d’antan. L’idée d’échanger avec les anciens chefs d’Etat est une bonne intention. Du fait de leurs expériences individuelles dans la gestion du pouvoir d’Etat, ils pourraient à tout le moins se pencher sérieusement sur le grand corps malade qu’est le Burkina.

La situation est plus qu’inquiétante, le pays est menacé de désagrégation, si une solution adéquate n’est pas trouvée. Toutefois, si ces échanges ont leur importance, il faudrait se garder de tomber dans une certaine complaisance.

Le besoin de réconciliation des Burkinabè est certes, chanté partout, mais la démarche pour y arriver devrait être empreinte de sincérité. Jusque-là, c’est le triptyque justice, vérité et réconciliation qui est retenu. Si cette rencontre occupe la Une de l’actualité et alimente les débats, cela est surtout lié au retour de l’ancien président Blaise Compaoré qui vit en Côte d’Ivoire, depuis qu’il a été chassé du pouvoir en octobre 2014.

L’on sait également que le 6 avril 2022, le procès Thomas Sankara a connu son épilogue avec, entre autres, la condamnation de Blaise Compaoré à la prison à la perpétuité. Comme l’a bien précisé le communiqué, la rencontre n’entrave pas les poursuites judiciaires engagées contre certains.

Ce qui voudrait simplement dire que si Blaise Compaoré posait les pieds sur le sol burkinabè, il devrait être immédiatement arrêté. A moins que des dispositions, du moins un gentlemen’s agreement entre le pouvoir judiciaire et celui exécutif ait été trouvé. Dans le cas contraire, il y aura évidemment de sérieux malentendus qui vont compromettre l’esprit même de cette rencontre.

De l’autre côté, il faut craindre des affrontements entre pro et anti de l’ancien président à son retour. Dans ce cas de figure, l’on a l’impression que le président Damiba marche sur des œufs. Ce numéro d’équilibriste qu’il veut jouer risque d’avoir des revers, si la manière n’y est pas. Il est vital que l’on ne sacrifie pas le processus de réconciliation sur l’autel d’arrangements entre politiques.

Evitons de croire que la réconciliation des Burkinabè peut s’obtenir facilement, à travers des poignées de main et accolades de politiques. Le processus de réconciliation vaut bien plus qu’un replâtrage des plaies. Il faudra bien plus que des manœuvres politiciennes pour sauver le Faso. Vivement que les autorités actuelles évitent les pièges qui ne feront qu’enliser le Burkina Faso.

Ahmadou Bayala/OuagaNews

Articles similaires

Burkina /Finances publiques : colloque international sur les directives de l’UEMOA

Ouaganews

Réconciliation nationale : des anciens ministres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré chez Zéph

Ouaganews

Burkina/Covid-19 et changement climatique : le FIDA octroie près de 710 millions F CFA

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.