OUAGANEWS
A la UneSociété

Salaires impayés à la mairie de Ouaga : Moussa Belem donne des explications

En l’espace d’un mois, des manœuvres occasionnels ont manifesté à deux reprises, devant l’entrée principale de l’hôtel de ville de Ouagadougou, pour revendiquer leur intégration dans la fonction publique territoriale, la reconstitution de leur carrière et leur affiliation à une caisse de retraite. Pour éclairer la lanterne de la population burkinabè, le premier adjoint au maire , Moussa Belem, a donné une conférence de presse, le lundi 26 avril 2021. A cette même occasion, les employés sont sortis massivement pour exprimer une fois de plus, leur mécontentement. 

Selon Moussa Belem, depuis une vingtaine d’années, la mairie fait recours à des manœuvres occasionnels, en cas de besoin, pour les tâches de salubrité, d’aménagement paysager, de travaux de bâtiments et d’hygiène publique. De ce fait, il s’agit bien de tâches occasionnelles qui sont exécutées et payées, après pointage de leur présence effective.

« En 2020, certains d’entre eux se sont affiliés à la Confédération syndicale burkinabè (CSB) et ont exigé la régularisation de leur situation. C’est ainsi, que le 5 novembre 2020, un arrêt de travail illimité a été notifié à la commune par la CSB », a déclaré l’adjoint au maire Moussa Belem, faisant  ainsi, la genèse de la crise au sein de la mairie.

Selon lui, c’est courant février 2021, que la mairie a reçu une lettre les informant de la reprise de leur activité, en mettant ainsi, fin à leurdit mot d’ordre de grève illimitée.

Moussa Belem, 1er adjoint au maire de la commune de Ouagadougou, représentant le maire central (milieu), a animé la conférence de presse

 

« « Lesdits grévistes, après avoir fait de nombreuses démarches auprès du Haut conseil pour le dialogue social (HCDS), revendiquent aujourd’hui, non seulement la reprise de leurs anciennes activités, mais également, le paiement de leur temps d’inactivité », s’est étonné Moussa Belem

Le fait le plus étonnant, selon l’adjoint au maire, lesdits grévistes se sont opposés au paiement des manœuvres occasionnels qui ont continué leur activité, exigeant d’être pris eux aussi, en compte. « Or, chacun sait que l’administration ne paie que les services faits et constatés. C’est la règle d’or de la dépense publique. C’est aussi la règle qui s’applique aux manœuvres occasionnels qui ne sont nullement des fonctionnaires de la commune, mais uniquement des prestataires payés à la tâche, suite à l’acceptation des conditions préalablement fixées », a indiqué Moussa Belem

Selon l’adjoint au maire de Ouagadougou, pour éviter d’éventuels troubles, la mairie a décidé de dématérialiser les paiements par les moyens électroniques existants, conformément au décret N° 2020-0725/PRES/PM/MINEFID/MCIA/MDENP du 24 août 2020 portant numérisation des paiements au Burkina Faso.

« Ainsi à la date d’aujourd’hui, les paiements ont été instruits : les occasionnels ayant travaillé et ayant été pointés devraient être en possession de leur dû.Quant à ceux qui exigent des droits sans fondement juridique à l’appui de leurs revendications, ils savent bien que les occasionnels ne sont payés que lorsqu’ils sont pointés. Or, eux ne sont pas pointés, car ils n’ont accompli aucune tâche.Dès lors, la mairie, avec sa bonne volonté, respectueuse des lois et règlements, ne dispose d’aucun moyen juridique pour répondre favorablement à leurs revendications ». a laissé entendre le maire adjoint

Vers l’adoption d’une loi spécifique

L’adoption d’une loi spécifique, avec le concours du MATD, est nécessaire à augmenter la marge de manœuvre des collectivités en matière de gestion du personnel occasionnel.

Selon l’adjoint au maire, l’adoption de ladite loi spécifique est en cours d’élaboration, le Ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation a été saisi. A cet effet, à la demande du MATD, une commission ad hoc inclusive a été mise en place pour réfléchir à d’éventuelles solutions à leurs revendications. Les conclusions des travaux de cette commission ont été transmis au Ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation, a relevé Moussa Belem

A en croire le maire adjoint, la commune de Ouagadougou a toujours été à l’avant-garde de l’amélioration des conditions de vie des travailleurs. La preuve, selon lui, c’est elle qui a porté la loi N°003-2017 /AN du 13 janvier 2017 portant statut de la fonction publique territoriale et ses décrets d’application, à la satisfaction totale de tous les fonctionnaires de la fonction publique territoriale du Burkina Faso.

Les employés

Pendant que les autorités donnaient la conférence de presse dans la grande salle de la mairie, plusieurs employés manifestaient leur mécontentement devant l’entrée principale de la mairie.

Niamba Alizata, une des manifestants, affirme avoir travaillé pour la commune de Ouaga, depuis des années, sans un plan de carrière. « Ça fait trois mois aujourd’hui, que je suis sans salaire et pourtant, j’ai des enfants à nourrir. S’il n’y a pas gain de cause aujourd’hui, je ne rentre pas chez moi. Nous allons veillé ici, aujourd’hui », a-telle affirmé.

Wilfrid Bamogo, de la Confédération syndicale burkinabè (CSB), ne partage pas ce point de vue de la mairie qui, à l’entendre, est un moyen pour les autorités de « saper » les efforts de dialogue et de cohésion sociale. « Cette déclaration est plus que frustrante. Nous dire que des ouvriers se sont désistés de la grève, cela n’est pas avéré », a-t-il déploré.

Il a, tout en qualifiant les propos des autorités municipales de « mensonge envers leur peuple », affirmé que la bataille vient de commencer, car dit-il, « la confédération prendra toutes les dispositions nécessaires à répondre à cette déclaration de la municipalité ».

Théophile P. KABORE

Articles similaires

Campagne pour les législatives : le PDC mobilise à l’arrondissement 7 de Bobo

Ouaganews

Coris Bank International : 14,039 milliards de francs CFA de bénéfice net à fin mars 2021

Ouaganews

Edito/Présidentielle 2020 : Roch Kaboré réussit son coup KO

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.