OUAGANEWS
A la UnePolitique

Situation nationale : le MRB s’indigne de la gouvernance de Paul Henri Damiba

Le Mouvement pour la renaissance du Burkina (MRB) a animé une conférence de presse, ce vendredi 8 juillet 2022 à Ouagadougou sur la question de la sécurité nationale.

Compte tenu de la situation sécuritaire nationale qui ne cesse de se dégrader, le parti de Monique Yéli Kam a une fois de plus convié les hommes des médias pour leur adresser sa lecture de situation. Selon ses propos, pour en venir à l’unité nationale que prône le président de la transition Paul Henri Damiba depuis sa prise de pouvoir par les armes, il est nécessaire qu’il  gouverne avec vérité et recevabilité afin de susciter l’onction populaire.

En effet pour cela, Monique Yéli Kam propose quelques recommandations au président afin de servir la cause du pays. La première condition à réunir est la qualité et l’unité au sein de notre armée nationale pour vaincre l’ennemi, de relire tous les accords de partenariat de défense et de coopération militaire conclus avec la France et enfin,  préparer le peuple à la guerre.

La présidente du MRB a parlé de risques de soupçons sur la gouvernance de Paul Henri Sandaogo.

« Premier risque : La confirmation du soupçon de restauration de l’ordre ancien et de réhabilitation des anciens dignitaires. Ce soupçon se renforce au sein de l’opinion publique comme un motif «caché» de la prise de pouvoir du MPSR. Le deuxième risque est le soupçon de saborder la justice de notre pays, le  troisième,  le soupçon d’avoir pris le pouvoir par ambition politique qui consiste à positionner à l’élection présidentielle prochaine, l’un des anciens dignitaires, qui à l’état actuel des choses, serait exclu de la course à la magistrature suprême. Si ce soupçon est avéré, le Burkina Faso est mal parti puisqu’il sera gouverné dans la continuité. », a laissé entendre Monique Yéli Kam.

Par ailleurs, elle invite le président  Damibaà décliner les accords qu’il y a entre le France et le Burkina, car selon elle, ces accords ne garantissent pas des intérêts équilibrés pour le Burkina Faso. Elle a, dans sa déclaration, exigé  le départ de la France,  si toutefois elle ne renouvelle pas ses conditions pour qu’elles soient profitables au peuple Burkinabè.

Ahoua KIENDREBEOGO/OuagaNews.net

Articles similaires

Budgets des ministères et institutions : les secrétaires généraux, ordonnateurs principaux des crédits (MPSR)

Ouaganews

Burkina : Accord de financement d’environ 1,64 milliard de francs CFA pour la distribution des kits solaires dans les zones rurales

Ouaganews

23ème AG des EPE : la gestion financière des EPE s’est améliorée en 2021

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.