OUAGANEWS
A la UneEconomie & Développement

Marché régional : le Burkina a levé 216,54 milliards FCFA au cours du 1er trimestre 2022

C’est un montant de 216,54 milliards de francs CFA qui a été collecté entre janvier et mars 2022 par le Trésor public sur une enveloppe globale de l’Union monétaire ouest-africaine (UMOA) de 1 377,45 milliards de FCFA, soit 15,71%. La performance du marché régional du Burkina au cours du premier trimestre 2022, a été impactée par le changement politique que le pays a connu en janvier 2022.

Au 1er trimestre 2022, le Burkina affichait son ambition de lever 250 milliards de FCFA sur le Marché des titres publics (MTP). Il a été revu à la baisse pour s’établir à 210 milliards de FCFA recherchés. Selon les experts de l’UMOA-Titre, cette révision serait imputable au changement de régime intervenu dans le pays en mi-janvier qui a entraîné la révision de la note de crédit de Standard & Poor’s, deux jours tout juste après le coup d’Etat du 24 janvier 2022.

Sur le montant révisé, 216,54 milliards ont été mobilisés correspondant à 3 bons assimilables du trésor et 4 obligations assimilables du trésor. Les investisseurs résidant au Burkina ont contribué à hauteur de 86,13 milliards de FCFA, soit 39,87% du montant mobilisé.

Le montant total des souscriptions a été de 344,256 milliards, soit un taux de souscription par rapport au montant mis en adjudication de 163,93%. Contrairement au 4ème trimestre 2021, au cours duquel le « pays des hommes intègres » était leader de la mobilisation des ressources sur le MTP, il a été détrôné par la Côte d’Ivoire dont la part est de 34% dans l’enveloppe globale au premier trimestre 2022.

Cependant, il faut noter que les taux de rendement ont été à la hausse au cours du 1er trimestre 2022, notamment en mars 2022, imputables au contexte politique du pays. En effet, pour les obligations du Trésor de maturité 3 ans, les taux de rendement varient entre 4,87% et 5,05% et 6,14% pour les 10 ans. Pour les bons du Trésor de maturité de 12 mois, les rendements moyens pondérés sont passés de 3,01% à 4,02%.

Alexis Lourgo, directeur général de la SBIF et Célestin Santéré Sanon, directeur général du trésor et de la comptabilité publique du Burkina

 

Interrogé par notre confrère «Tendances», magazine d’informations de l’UMOA-Titres sur les risques de la hausse des taux de rendement sur les émissions des titres au 2ème trimestre 2022, le directeur général de la Société d’intermédiation financière (SBIF), Alexis Lourgo, a répondu que le papier du Burkina est toujours accepté sur le MTP, mais à un coût plus élevé par rapport à ceux des autres pays de la sous-région.

Pour sa part, pour mitiger ces risques, le directeur général du trésor et de la comptabilité publique, Célestin Santéré Sanon, a affirmé que le programme d’émission du pays est ajusté trimestriellement pour tenir compte du plan de trésorerie de l’Etat, mais également des conditions du marché pour faire face à cette hausse.

Moussa Wandaogo /OuagaNews

Source : UMOA-Titres

Articles similaires

Crise au CDP : « pour nous, la fin de la récréation a sonné », Achille Tapsoba

Ouaganews

Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 20 avril 2022

Ouaganews

Burkina/Entreprises publiques : Baisse du chiffre d’affaires de 4, 555 milliards de F CFA en 2020

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.