OUAGANEWS
A la UneEducation

Sommet mondial sur la transformation de l’éducation : le Burkina Faso s’engage

Le Premier ministre Albert Ouédraogo a prononcé ce 19 septembre 2022, une « déclaration d’engagement du Burkina Faso » sur la transformation de l’éducation à New York. La prise de parole du chef du gouvernement burkinabè a été faite au cours d’une table ronde des leaders, organisée dans le cadre du sommet mondial dédié à cette thématique.

Le chef du Gouvernement burkinabè a d’abord, exprimé sa préoccupation quant aux crises sécuritaire et sanitaire qui impactent négativement le secteur de l’éducation, entraînant un recul de la plupart des indicateurs.

Il estime cependant, que « si la Covid-19 a eu un impact négatif sur les systèmes éducatifs du monde, au Burkina Faso, le terrorisme est le facteur qui a le plus secoué le pays et occasionné le déplacement forcé de près de 1,5 million de personnes, la fermeture de plus de 4 000 écoles affectant plus de 700 000 élèves».

Ces crises ont provoqué une rupture scolaire avec pour conséquence, une baisse des indicateurs d’accès et de qualité. A cet effet, « l’école burkinabè doit se réorganiser, afin de permettre la continuité de l’éducation, grâce à des mesures innovantes»,  a déclaré Albert Ouédraogo.

Pour lui, l’alternative réside dans la transformation structurelle de l’éducation. Dans  cette perspective, il a pris plusieurs engagements au nom du Burkina Faso.

Ces engagements consistent entre autres, à assurer à tous une éducation inclusive, équitable et de qualité, renforcer la résilience de l’école face aux situations d’urgence et de crise, accroître l’accès à une offre d’éducation diversifiée et adaptée à toutes et tous, accroître le financement de l’éducation puis enfin, améliorer la gouvernance du système éducatif.

Un accent particulier sera mis sur la revalorisation du métier d’enseignant, foi de Albert Ouédraogo, qui a annoncé l’allocation progressive de 30% du budget de l’Etat au secteur de l’éducation, sur la période 2022-2025.

Il s’agit in fine, pour le Burkina Faso de tout mettre en oeuvre pour l’atteinte de l’objectif 4 des ODD.

Service d’information du Gouvernement

  Le discours d’Albert Ouédraogo, Premier ministre du Burkina Faso à New York

 Excellence Monsieur le Président,

Excellences Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi, avant tout propos, de féliciter Son Excellence Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies pour l’organisation du présent sommet.

Ma délégation souscrit à la déclaration prononcée par le Pakistan au nom du G 77+ la Chine et celle faite le par Malawi au nom des Pays les moins avancés.

Monsieur le Président,

Le Burkina Faso est préoccupé par l’exacerbation des défis qui se posent au développement de l’éducation suite aux crises sécuritaires et sanitaires qui ont fait reculer la plupart des indicateurs d’éducation.

En effet, si la COVID-19 a eu un impact négatif sur les systèmes éducatifs du monde, au Burkina Faso, le terrorisme est le facteur qui a le plus secoué le pays et occasionné le déplacement forcé de près de 1,5 millions de personnes, la fermeture de plus 4000 écoles affectant plus de 700 000 élèves. De ce fait les crises, sanitaire liée à la COVID-19 et sécuritaire ont provoqué une rupture scolaire avec pour conséquence une baisse des indicateurs d’accès et de qualité. Face aux fermetures d’écoles, aux déplacements forcés des populations, l’Ecole burkinabè doit se réorganiser afin de permettre la continuité éducative grâce à des mesures innovantes. Pour ce faire, il est nécessaire de procéder à la transformation de l’éducation en centrant l’action sur l’enfant et son parcours éducatif.

A cet effet, le Burkina Faso fidèle à ses engagements nationaux et internationaux a pris plusieurs résolutions en vue d’une transformation structurelle de l’éducation, notamment à :

  • assurer à tous une éducation inclusive, équitable et de qualité, en mettant l’accent sur l’enfant et son parcours éducatif axé sur une éducation de base obligatoire et gratuite ;
  • renforcer la résilience de l’école face aux situations d’urgence et de crise en se fondant sur des outils innovants ;
  • accroître l’accès à une offre d’éducation diversifiée et adaptée pour toutes et tous, avec un accent particulier sur les enfants vulnérables, notamment les élèves déplacés internes, les réfugiés, les enfants handicapés les enfants indigents et ceux des zones de choc ;
  • renforcer l’éducation et la formation et tout au long de la vie ;
  • accroître le financement de l’éducation et enfin améliorer la gouvernance du système éducatif.

Il s’agira en outre de bâtir une nouvelle Ecole burkinabè dans laquelle chaque enfant acquiert les connaissances, les compétences et les habiletés qui lui permettront de réussir sur le plan personnel, d’être productif sur le plan économique et de s’engager activement en tant que citoyenne et citoyen.

Ensuite il s’agit de revaloriser et rendre attractif le métier d’enseignant par une meilleure promotion de son rôle en tant qu’acteur de développement.

Il s’agira également de prendre toutes les mesures nécessaires pour impliquer les différentes parties prenantes et renforcer le dialogue avec les partenaires sociaux de l’éducation.

Notre politique doit viser également à allouer progressivement 30% du budget de l’Etat au secteur de l’éducation sur la période 2022-2025 ;

Et enfin il s’agit de prendre toutes les mesures nécessaires pour adopter la « nouvelle façon de travailler » qui a établi le Triple Nexus pour coordonner les interventions.

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

Pour terminer, je voudrais réaffirmer la détermination de mon pays à mettre en œuvre ses propres résolutions mais également celles qui émaneront de notre vision commune afin de contribuer à accélérer les efforts en vue de la réalisation de l’Objectif 4 de développement durable.

Je vous remercie pour votre aimable attention.

New York, le 19 septembre 2022

 

Articles similaires

Compte rendu du conseil des ministres du 9 novembre 2022

Ouaganews

Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 16 juin 2021

Ouaganews

Burkina : levée des restrictions budgétaires imposées par le MPSR

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.