OUAGANEWS
A la UneParlons-en

Barkhane : au-delà de la fin de l’opération, un nouveau paradigme s’impose-Ouaganews

Le président français, Emmanuel Macron, a officialisé la fin de l’opération Barkhane et annoncé que la nouvelle stratégie française en Afrique serait finalisée dans six mois, ce mercredi 9 novembre 2022 à Toulon, dans le Sud de la France.

Après huit années de présence au Sahel, notamment au Mali, Tchad, dans le cadre de la lutte antiterroriste, la page Barkhane se referme avec un goût d’inachevé. « Notre soutien militaire aux pays africains de la région se poursuivra, mais selon les nouveaux principes que nous avons définis avec eux […].

Il se déclinera à l’échelle de chaque pays selon les besoins qui seront exprimés par nos partenaires. Nos interventions doivent être mieux bornées dans le temps […]. Nous n’avons en effet, pas vocation à rester engagés sans limite de temps dans des opérations extérieures », a déclaré le chef de l’Etat français. En clair, le chapitre Barkhane est clos, mais cela ne signifie pas la fin de la présence militaire française en Afrique.

Il est désormais, question de convenir d’un nouveau format établi sur la base d’un consensus. Il faut le dire, la détérioration des relations entre les autorités françaises et maliennes, a largement contribué à la fin de l’opération militaire française, lancée en 2014. Ce qui suppose une redéfinition sur une base transparente et plus respectueuse des relations que l’ancienne puissance coloniale entretient avec ses ex-colonies.

Tant que le paternalisme et une certaine lecture des problèmes internes des pays africains vont persister, la France aura fort à faire pour apaiser sa coopération avec ses partenaires. En faisant le pari de privilégier les intérêts de chaque partenaire dans un esprit gagnant-gagnant, il y a de fortes chances que la France soigne le visage de ses relations avec l’Afrique, sérieusement perturbées, ces dernières années.

L’Hexagone, qu’on le veuille ou pas, est un partenaire-clé des pays africains. La présence de Barkhane, au-delà des résultats mitigés, a contribué à mettre hors d’état de nuire des cerveaux des groupes armés terroristes et leurs supplétifs zélés.

Dans ce contexte où la désinformation et les jeux d’intérêts géostratégiques font bon ménage, l’impératif d’asseoir une nouvelle dynamique plus transparente et soucieuse des préoccupations des partenaires africains est plus urgent.

Pour y parvenir, il suffit d’avoir la bonne volonté et la lucidité d’appréhender sans concession la coopération franco-africaine dans toutes ses facettes. A la lumière du diagnostic qui sera fait, l’on pourrait envisager de manière concertée, une nouvelle façon de bâtir l’avenir, ensemble.

Plus que jamais, les pays du monde entier ont besoin de coopérer pour faire face aux défis de la planète. Mais, une fois de plus, il faudrait que cela se passe dans une vision plus tournée vers la prise en compte des priorités de chaque partie.

Ce serait une grosse illusion de penser que l’on peut toujours utiliser des méthodes désuètes pour maintenir des relations vieilles de plusieurs décennies. Un nouveau paradigme de coopération est donc nécessaire pour que la France puisse renforcer ses liens avec ses partenaires.

Au-delà de la simple démarche déclarative, il y a lieu de poser des actions qui participent à redorer le blason des relations franco-africaines qui connaissent un lot d’incompréhensions, depuis un certain temps.

Ahmadou Bayala-Ouaganews

Articles similaires

Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 17 février 2021

Ouaganews

Initiative d’autonomie du Sahara sous la souveraineté du Maroc : la dynamique internationale enclenchée

Ouaganews

Attaque de la prison de Nouna : le procureur du Faso invite les 47 détenus évadés à se rendre dans les meilleurs délais à la police

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.