OUAGANEWS
A la UneCOVID-19 au Burkina

Burkina : ouvrir les frontières aériennes de façon responsable

Le 28 juillet 2020, le gouvernement a tenu son point de presse au Service d’information du Burkina (SIG). Deux points étaient à l’ordre du jour : les éléments qui sous-tendent la réouverture des frontières et la réponse sanitaire mise en place à cet effet. Ces points étaient animés par le porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, de la communication, Vincent Dabilgou, des transports et Claudine Lougué/Sorgho de la santé, en présence de la représentante de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

D’abord, selon le ministre, porte-parole du Gouvernement, les frontières ferroviaires et aériennes fermées le 21 mars passé, par le Burkina, seront réouvertes, le 1er août 2020 à 0 heure.

Ensuite, dans sa déclaration liminaire, le ministre des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière a signifié que les éléments qui sous-tentent la réouverture des aéroports de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso relèvent d’une synergie d’action entre la faîtière mondiale, l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), l’Association internationale du transport aérien (IATA) et l’OMS, et au niveau régional, et sous-régional à travers la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union économique monétaire ouest-africaine (UEMOA) et l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA).

L’objectif est de gagner la bataille économique et permettre la libre circulation des biens et des personnes. Il faut renouer avec la croissance économique dans un élan de responsabilité individuelle. Désormais, ne peut venir au Burkina que celui qui aura satisfait aux mesures barrières et au test contre la COVID-19. Les mesures consistent à désinfecter chaque avion, après chaque vol. Cette réouverture doit se faire, de manière responsable, à tous les niveaux. Les mesures sanitaires seront très strictes et un dispositif, avec l’aide chinoise, sera mis en place. Les passagers doivent respecter strictement les mesures, notamment l’usage des masques homologués.

Puis, selon la ministre de la santé, les mesures prises sont interministérielles. Les contenus sont séquencés, à savoir avant le voyage, pendant le voyage et la gestion aux points d’entrée. Ainsi, avant le voyage, le voyageur doit être pleinement informé à l’interne, en visitant le site du Ministère de la santé, accepter se soumettre aux procédures sanitaires, disposer surtout d’un test négatif contre la COVID-19, datant tout au plus de cinq (5) jours.

Les compagnies doivent procéder à des séances de sensibilisation. Pendant le voyage, elles doivent veiller au respect de toutes les conditions par le voyageur et ne doivent pas prendre un passager dont la température excède 38° ou présentant des signes de la COVID-19. Aux points d’entrée, le voyageur à l’obligation de se soumettre aux contrôles à travers la prise de sa température, l’utilisation de gel hydroalcoolique, la présentation de son test négatif, le remplissage correct de la fiche santé-voyageur. Aux compagnies, la soumission aux conditions de voyage est impérative. En cas de symptômes, le voyageur se prend en charge.

A ce stade de l’évolution de la pandémie, il faut toujours respecter les différentes mesures-barrières, car l’OMS n’a pas encore mis fin à la pandémie.

 Adélaïde T. Mana

Articles similaires

« Les sept qualités essentielles du leader administratif » : la contribution de Dr Poussi Sawadogo

Ouaganews

Sommet sur les systèmes alimentaires : des concertations nationales pour une meilleure participation du Burkina

Ouaganews

Burkina/ Présidentielle 2020 : une 2e amazone à la conquête de Kosyam

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.