OUAGANEWS
A la UneEconomie & Développement

Promotion des investissements : le Burkina finalise son adhésion à l’ACA

Le 16 décembre 2021, le ministre de l’économie, des finances et du plan, Lassané Kaboré et le directeur général l’Agence pour l’assurance du commerce en Afrique (ACA), Manuel  Moses, ont procédé à la signature d’un accord de participation entre le Burkina Faso et ladite agence.

Cet accord conditionnant le décaissement de 15 millions d’euros, soit environ 9,8 milliards F CFA par la Banque européenne d’investissement (BEI) pour l’adhésion du Burkina Faso à l’ACA et faisant suite à la signature d’une convention de financement entre le gouvernement du Burkina Faso et la BEI, le 14 octobre 2020.

L’ACA a été créée en 2001, par le Marché commun de l’Afrique orientale et australe ou COMESA avec le soutien technique et financier du Groupe de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement (BAD).

Elle a pour but de fournir de l’assurance-investissement/risques politiques aux investisseurs car les risques politiques étaient perçus comme le plus grand obstacle à l’attraction d’investissements étrangers directs en Afrique. L’assureur multilatéral contre les risques politiques et de crédit est détenu par 20 nations souveraines africaines et le Burkina Faso est en passe d’en devenir la 21ème.

Selon le ministre de l’économie, des finances et du plan « toutes les facilités offertes par cette adhésion à l’ACA, permettront au Burkina Faso d’attirer des investisseurs, d’exécuter des grands projets, d’améliorer et de sécuriser son commerce régional et international, contribuant ainsi à la réalisation de la vision du Plan national de développement économique et social ».

En effet, l’adhésion du Burkina Faso à l’ACA, aidera à relever les défis socio-économiques causés par le Covid-19 au « pays des hommes intègres ». Elle lui permettra également d’améliorer le climat des affaires du pays par l’accession à une gamme d’instruments de garantie et d’autres produits d’assurance commerciale et d’investissement offerts par l’ACA.

Par conséquent, le mécanisme de garantie des investissements de l’ACA devrait apporter la sécurité aux investisseurs et faciliter le commerce et l’accès au financement des projets de développement dans le pays.

L’exposition brute actuelle de l’ACA au Burkina Faso s’élève à 36 millions dollars américains, environ 19,8 milliards F CFA avec un marché potentiel de projets prioritaires dans les secteurs de la finance, des énergies renouvelables, du pétrole et du gaz, estimé à 1,8 milliard dollars américains, environ 990 milliards francs CFA qui devrait se matérialiser lorsque le pays aura finalisé son adhésion à l’ACA.

La signature de cet accord est l’aboutissement d’un processus débuté par la ratification d’un traité de l’ACA, lequel traité confère à l’ACA un statut de créancier privilégié, lui octroyant ainsi la priorité de paiement en cas de défaillance ou d’action souveraine.

A l’issue de la signature de cet accord de participation, la BEI procédera au décaissement des fonds propres du Burkina Faso, qui remplit ainsi ses conditions d’adhésion. Pour le directeur général de l’ACA, « entamer une nouvelle année avec le Burkina Faso, notre dernier État membre, nous émeut énormément, car le pays pourra multiplier ses investissements par cinq ».

Moussa Wandaogo/Ouaganews

Articles similaires

DPG/Sécurité : « On s’emploiera à combler les déficits de ressources humaines » PM

Ouaganews

Compte-rendu du Conseil des ministres du mercredi 5 janvier 2022

Ouaganews

MPP : Simon Compaoré dénonce les raisons opportunistes et malhonnêtes de la marche de l’opposition

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.