OUAGANEWS
A la UneMédias

Jubilé d’or de l’Observateur Paalga : « En 50 ans, ce quotidien a informé, édité, distrait et sensibilisé les Burkinabè », Boubacar Sawadogo

Dans le cadre de la commémoration des 50 ans du quotidien L’Observateur Paalga, un colloque international est initié les 23 et 24 mai 2023 à Ouagadougou, sur le thème : « Les médias traditionnels africains face au développement du numérique : résilience, opportunités et défis. ».

1973-2023. Le journal l’Observateur Paalga commémore ses 50 ans d’existence. Ces 50 années sont pour le doyen des médias indépendants burkinabè, des années de détermination, d’engagement et de conviction dans la diffusion de l’information au profit de tous.

En effet, créé le 28 mai 1973, à un moment où la presse écrite burkinabè faisait ses premiers pas dans le monde des médias, le quotidien burkinabè L’Observateur est le premier journal indépendant au Burkina. Mais avec l’avènement de la Révolution du 4 août 1983, ce journal s’est vu contraint   de suspendre ses activités. Quelques années plus tard, avec l’instauration de la démocratie dans les années 90, le journal renaît de ses cendres et devient L’Observateur Paalga. L’année 2023 marque les 50 ans d’existence du quotidien burkinabè, l’Observateur Paalga.

« Ce cinquantenaire me rappelle la première impression de ce journal qui a été le premier quotidien privé indépendant imprimé et illustré par la photo. Quand nous le lancions, l’aventure était risquée, aussi bien pour nous-mêmes que pour les observateurs et les connaisseurs, et certains ne nous donnaient pas une durée de trois mois de vie. Gérer un quotidien dans le contexte de la Haute-Volta, d’il y a 50 ans, c’était plus qu’un pari. Avec l’aide de l’équipe tout autour de moi, de tous les lecteurs et de toute l’opinion nationale voltaïque, nous avons pu relever le défi. », a raconté Edouard Ouédraogo, fondateur de l’Observateur Paalga.

Avec l’ère du numérique qui est accessible à tous à moindre coût, le directeur du journal dit déplorer le challenge qui s’impose à l’avenir aux journaux papier.

« A l’occasion de cet anniversaire, nous avons préféré axer les activités sur la réflexion, à travers un colloque international. », a-t-il indiqué

Au programme des festivités marquant les 50 années de son existence, un colloque international a été initié sur le thème général : « Les médias traditionnels africains face au développement du numérique : résilience, opportunités et défis. ».

Dans le discours d’ouverture du colloque du ministre en charge de la communication livré par son représentant, Boubacar Sawadogo, ministre en charge des sports, il n’a pas manqué de saluer l’engagement du journal au service de la nation.

« Ce parcours édifiant, tant pour l’opinion nationale qu’internationale, a le mérite de faire de notre pays, l’un des pionniers en matière de presse privée, notamment dans la sous-région. Les 50 ans de l’Observateur Paalga consacrent l’audace, le génie et l’engagement au service de la nation. En 50 ans, ce quotidien a informé, édité, distrait et sensibilisé les Burkinabè. L’ouverture de ce colloque me donne l’occasion de saluer le parcours exceptionnel et exemplaire de cet homme. Sans oublier son professionnalisme et son engagement toujours orienté vers la quête de l’excellence qui sont des vertus que nous exaltons, au niveau du département de la communication. », a déclaré Boubacar Sawadogo, ministre en charge des sports.

Une journée portes ouvertes est également prévue le 25 mai avec l’exposition de photos d’archives, à l’occasion du jubilé d’or et le 27 mai, une action caritative en faveur des personnes déplacées internes.

Ahoua KIENDREBEOGO/OuagaNews

Articles similaires

Burkina : le mémorandum politique du Front patriotique

Ouaganews

[#Economie] #Burkina : bénéfice net de 76,696 milliards de F CFA pour les sociétés d’Etat en 2022

Ouaganews

Réconciliation nationale : Damiba échange avec les familles des victimes du 15 octobre

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.