OUAGANEWS
A la UneCOVID-19 au Burkina

Covid-19 au Burkina Faso : « les mesures-barrières foulées aux pieds » Mouhamed Kinda

Le nombre de cas confirmés de la maladie à coronavirus ne fait que grimper au Burkina Faso, ces derniers jours. Selon le Centre des opérations de réponse aux urgences sanitaires (CORUS), à la date du 12 décembre 2020,136 nouveaux cas ont été confirmés dont 109 à Ouagadougou, 15 à Dori, 11 à Bobo-Dioulasso et 01 à Koudougou. Pour en savoir plus sur cette situation, Ouaganews.net a tendu son micro, ce mercredi 16 décembre 2020, à quelques Ouagalais, qui n’ont pas voulu que leurs photos apparaissent dans le journal.

Les Ouagalais sont tous unanimes que la maladie à coronavirus existe toujours au Burkina Faso. Après une accalmie, le nombre de cas confirmés de la pandémie est en hausse. Qu’est-ce qui explique cette situation ?

Pour Flavien Bicaba, mécanicien, la recrudescence de la maladie est due au non-respect des mesures-barrières, de la distanciation sociale, du port des masques, du lavage des mains, entre autres. « Quand on regarde dans la ville de Ouagadougou, les gens ne respectent plus les mesures-barrières », a-t-il indiqué. Pour lui, il y a également d’autres personnes qui ne croient pas à l’existence de la maladie. Pour les précautions à prendre afin d’éviter la propagation de la maladie, il invite les autorités à mettre l’accent sur la sensibilisation. « Il faut sensibiliser les gens pour leur faire savoir que la maladie est toujours là », a ajouté Flavien Bicaba.

Pour Mouhamed Kinda,  commerçant, le respect des mesures de lutte contre la Covid-19 est foulé aux pieds. « Regardez ! Que ce soit au marché, dans la circulation, dans les regroupements de tout genre, les gens ne sont plus inquiets », a noté M. Kinda. Pour lui, il y a beaucoup de travail à faire pour amener les gens à comprendre que la maladie n’est pas encore éradiquée. « C’est vrai qu’à la télé, on voit les autorités sensibiliser la population à l’existence de la maladie, mais il faut aller sur le terrain pour les sensibiliser », a-t-il relevé.

Prosper Bakouan, étudiant en Sciences de la vie et de la terre (SVT) est inquiet. « Au début de la maladie à coronavirus au Burkina Faso, en mars 2020, les écoles et les universités ont été fermées. Nous ne sommes plus prêts à tomber encore dans cette situation», a-t-il indiqué. Pour lui, la campagne électorale pour les élections du 22 novembre 2020 a joué sur la lutte contre la Covid-19. « Vous avez vu ! Les gens n’ont pas respecté les mesures-barrières, lors des meetings et  rencontres pour ces élections », a lancé M. Bakouan. Pour lui, il faut à tout prix, reprendre la lutte contre la maladie par le port des cache-nez, le lavage des mains, la distanciation sociale, entre autres.

Propos recueillis par Lasso SAMA

Articles similaires

Secteur financier : CBI, 5e groupe bancaire de l’UEMOA en 2020

Ouaganews

UEMOA : le Mali este l’institution en justice

Ouaganews

Décret portant Fonds minier : le Réseau Afrique jeunesse opte pour la clarté des textes

Ouaganews

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.