OUAGANEWS
A la Une Economie & Développement

Régulation de la commande publique : l’ARCOP présente son rapport 2019

L’Autorité de régulation de la commande publique (ARCOP) a animé, ce mercredi 14 octobre 2020, à Ouagadougou, un déjeuner de presse sur la problématique de la qualité de la commande publique et le contenu de son rapport d’activités 2019.

L’Autorité de régulation de la commande publique (ARCOP) veut une meilleure exécution de la commande publique. Pour ce faire, les responsables de la structure ont échangé, le mercredi 14 octobre 2020, à Ouagadougou, avec des journalistes sur la qualité de la commande publique et le contenu de son rapport d’activités 2019.

En effet, le président du conseil de régulation de l’ARCOP, Dramane Millogo, a tout d’abord souligné que sa structure a une mission de régulation. Selon lui, cette mission implique les politiques en matière de marchés publics, de délégation de service public, de formation et d’information des acteurs de la commande publique, d’audit et d’évaluation du système et de règlement non juridictionnel des différends.

Il a indiqué que l’année 2019 a été marquée par des innovations importantes dans l’application de la réglementation de la commande publique. Dramane Millogo a noté entre autres innovations, l’élaboration et la relecture des textes relatifs à la commande publique, le renforcement des capacités des acteurs des marchés publics, l’élaboration et la mise à jour d’outils de gestion.

Le secrétaire permanent de l’ARCOP, Tahirou Sanou, pour sa part, a souligné que chaque jour, on constate une mauvaise exécution de la commande publique. Il a cité entre autres, les chantiers écroulés, abandonnés. Pour lui, la mauvaise exécution des commandes pose un problème général de gouvernance. Cependant, Tahirou Sanou a noté que cette situation ne laisse pas indifférente la structure de régulation de la commande publique.

A cet effet, l’Organe de règlement des différends (ORD) a mené des missions de contrôle. A l’entendre, ces missions ont permis de déceler des mauvaises pratiques, tant des autorités contractantes que des candidats et soumissionnaires.

« Des sanctions d’exclusion ont ainsi été prononcées à l’encontre des acteurs reconnus coupables de violation de la réglementation », a précisé M. Sanou, avant de mentionner que dans l’esprit d’accompagner les acteurs et de construire un système de commande publique crédible, transparent et performant, l’ARCOP a opté pour la dématérialisation.

Cette dématérialisation, a-t-il poursuivi, est gage de célérité, de traçabilité des procédures et permet de réduire la perte d’informations entre la mise en œuvre des procédures et la collecte et saisine manuelle des données.

Pour une meilleure prise en charge des questions d’intérêt général dans les procédures de conciliation devant l’ORD et pour optimiser les performances des mécanismes de passation de la commande publique, l’ARCOP a fait des recommandations. A cet effet, Tahirou Sanou a cité entre autres, le renforcement des attributions de l’ORD en matière de conciliation en lui conférant le pouvoir de prendre des décisions, l’amélioration de la performance et l’efficacité des procédures de passation, en renforçant les capacités des organes de passation des marchés.

Lasso SAMA

Articles similaires

Burkina : l’Assemblée nationale propose 19 recommandations dont le report des législatives

Ouaganews

Elections présidentielle et législatives : un mouvement s’engage pour un scrutin apaisé

Ouaganews

Guinée-Bissau : l’ONU et Rosine Coulibaly sous pression

Ouaganews

Laisser un commentaire